Si le soleil ne revenait pas (préface Melina Staubitz)

À propos

Si le soleil ne revenait pas : que se passerait-il ? Le vieil Anzévui, prophète de malheur, a sorti de son grimoire la plus funeste des prédictions. À Saint-Martin d'En Haut, où déjà le soleil, l'hiver, n'apparaît guère, on ne le verra plus cette année. Optimistes, pessimistes, rebelles, résignés, tous les villageois se sentent concernés. Car si le soleil ne revient pas, la vie s'arrête.
Quelques jeunes personnes vont agir pour que le soleil revienne. La lumière aura une nouvelle fois triomphé des ténèbres, et le printemps aura terrassé le bonhomme hiver qui ressemble de plus en plus au vieil Anzévui trouvé mort dans son fauteuil...


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    C. F. Ramuz

  • Éditeur

    Florides Helvetes

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    22/03/2023

  • Collection

    Poche Suisse

  • EAN

    9782940733767

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    196 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    11.5 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    166 g

  • Support principal

    Poche

C.F. Ramuz

C. F. Ramuz est né en 1878 à Lausanne, où il a fait des études de Lettres avant de s'installer à Paris pour douze ans (1902-1914). Introduit dans le milieu littéraire par Édouard Rod, il y fait la connaissance du peintre René Auberjonois. Il rassemble les poèmes de son premier livre, Le Petit Village (1903), puis rédige notamment Aline (1905), Les Circonstances de la vie (1907) et Vie de Samuel Belet (1913). En 1914, Ramuz rentre en Suisse romande et fait paraître le manifeste Raison d'être, qui inaugure les Cahiers vaudois. Cette revue, autant que maison d'édition, publie aussi bien des créateurs romands majeurs que Romain Rolland ou Paul Claudel. L'œuvre de Ramuz, pétrie de pessimisme et de fatalisme, est une longue série de variations sur l'amour et la mort, seuls sujets vraiment dignes d'être traités, de son propre aveu. Ses audaces stylistiques lui valent le reproche de mal écrire « exprès ». Mais il n'est de loin pas partagé par tous: dès 1924, Bernard Grasset édite les romans de Ramuz et lui assure ainsi un succès auprès des critiques et du public français. Entre 1929 à 1931, il dirige la revue Aujourd'hui. Dans les dernières années de sa vie, résidant désormais à Pully, il publie des essais politiques et des textes autobiographiques, avant de s'éteindre à Lausanne en 1947. Ses Œuvres complètes (29 vol.) les plus récentes ont été publiées aux Éditions Slatkine et ses Romans (2 vol.) ont aussi paru dans la «Bibliothèque de la Pléiade».

empty