Centre Pompidou

  • « J'ai décidé de m'atteler au projet qui me tient à coeur depuis longtemps : se conserver tout entier, garder une trace de tous les instants de notre vie, de tous les objets qui nous ont côtoyés, de tout ce que nous avons dit et de ce qui a été dit autour de nous, voilà mon but. » Christian Boltanski.

  • « Tu dois savoir que Wols a fait tout son boulot, toujours, depuis 1945, dans une petite chambre d'hôtel. Jamais il n'a possédé ni chevalet, ni palette, ni pinceaux, quelquefois un très esquinté - il ne connaissait aucun nom de couleur... Il peignait de préférence la nuit, à la lumière d'une ampoule de 25 watts suspendue au plafond. Et dans les temps meilleurs, il pouvait se procurer une bougie... Ce qui le ravissait car de toutes les lumières, c'est la bougie qu'il préférait. Ses toiles, il les faisait soit par terre, soit sur le lit. Avec ses mains, le plat de sa paume pour les fonds - et des petits bouts de chiffons... Il travaillait excessivement vite, avec une sorte de frénésie... Il m'a toujours dit qu'il pensait, tout en jouant sur son banjo, à la toile qu'il voyait très, très clairement sur sa rétine (les yeux clos), la toile... et que l'exécution matérielle... était un jeu... Il a dessiné tous les jours sans arrêt - avec tous ses livres chéris autour de soi... Edgar Poe, Rimbaud, Lautréamont, Lao-tseu et tous les poètes chinois, Nietzsche. La Bible. Van Gogh, les livres de yogi, de sciences, de mécanique, de géographie, d'astrologie, des traités sur l'histoire des religions, des livres de médecine, de zoologie, d'ethnographie... et comme il s'intéressait à tout... Enfin, tu as de la matière et je te supplie en souvenir de lui, d'en parler dans les termes les plus magnifiques pour montrer à tous les envieux, et jaloux, et stupides qui a été Wols. » Gréty Wols, lettre à Camille Bryen, 1953.

  • Dès sa première exposition parisienne en 1957 à la Galerie Rive Droite, Francis Bacon a bénéficié d'une extraordinaire réception auprès des romanciers, philosophes et critiques d'art français alors fascinés par la lecture de Sade, Nietzsche et Bataille. Cette anthologie, qui réunit seize auteurs d'horizons très divers, témoigne d'une fortune critique et littéraire exceptionnelle.

  • De l'ensemble des oeuvres de Matisse conservées en France, Intérieur aux aubergines est certainement l'une des plus importantes.
    C'est à l'automne agis que l'artiste peint l'intérieur de son atelier, avec une vue sur la montagne à Collioure. Une toile éblouissante, d'une incroyable modernité. Dominique Fourcade, poète et connaisseur sensible et reconnu, raconte tout d'abord, dans un essai publié en 1973 dans la revue Critique, la singulière histoire de cette oeuvre dont les Stein feront l'acquisition avant que l'artiste ne la rachète pour en faire don au Musée de Grenoble.
    Mais c'est surtout un texte essentiel pour comprendre que cet Intérieur aux aubergines est une clé pour saisir la nouveauté révolutionnaire du travail du peintre.

  • Avec obstination et autorité, en obéissant à la voix intérieure de notre conscience, nous proposons et imposons nos idées et nos formes, les idées et les formes du nouvel art révolutionnaire. Nous avons le courage de penser que l'avenir nous appartient. Marc Chagall. A travers près de 300 illustrations, cette publication explore un chapitre méconnu de l'histoire de l'avant-garde russe : la rencontre de Marc Chagall avec les protagonistes de l'art abstrait El Lissitzky et Kazimir Malévitch, autour du projet d'une Ecole populaire d'art fondée par Chagall dans sa ville natale, Vitebsk.
    Chacun des trois artistes élabore à sa façon, aux côtés des étudiants, un art nouveau - un art révolutionnaire. Une anthologie de textes inédits et une chronologie détaillée complètent l'ouvrage.

  • Chefs d'oeuvre ? L'exposition d'ouverture du centre Pompidou-Metz.

  • Présentation en français L'exposition « Global(e) Resistance » pose de nouveaux jalons dans l'histoire de la collection du Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, à travers plus d'une centaine d'oeuvres - acquises au cours de la dernière décennie - d'artistes contemporains issus en majorité des « Suds » (Afrique, Moyen-Orient, Asie, Amérique latine). Elle interroge les stratégies de résistance esthétique et éthique mises en oeuvre par ces artistes. Des luttes politiques aux questions postcoloniales, en passant par l'écologie ou les questions de genre, les artistes répondent à l'urgence des temps présents tout en proposant des alternatives. Présentation en anglais The exhibition « Global(e) Resistance » sets out new criteria in the history of the collection of the Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, through more than a hundred works by contemporary artists - all acquired over the last decade - primarily from the « Global South » (Africa, the Middle East, Asia and Latin America). The exhibition examines the aesthetic and ethical strategies of resistance implemented by these artists. From political struggles to postcolonial issues, including those linked to the environment or gender-related, they respond to the urgency of the present moment while also proposing new alternatives.

  • Le lecteur retrouvera avec bonheur les figures majeures qui ont marqué leur temps et ouvert des voies nouvelles, restées parfois longtemps incomprises : Matisse avec La Tristesse du roi, Picasso avec Arlequin, Miró et ses fameux Bleu ou Dalí et son Guillaume Tell. Pour la sculpture, Giacometti et sa* Femme de Venise V, Brancusi et sa *Muse endormie et Louise Bourgeois et son Cumul I. L'architecture est représentée par Le Corbusier et son Unité d'habitation, Berlin et Jean Nouvel avec L'Opéra de Tokyo. La photographie avec Man Ray et son Violon d'Ingres et Martin Parr avec New Brighton. Le design est également à l'honneur avec Philippe Stark et son Tabouret W.W.

    Le parti-pris chronologique de ce beau livre permet une approche simple et claire.

    Autant de repères essentiels pour mieux comprendre l'histoire récente des arts dans toute leur vitalité !

  • Une rétrospective sur l'ensemble du travail de l'artiste britannique, présentée sous l'angle de la création artistique comme acte de partage, conception chère à David Hockney.

  • Le fauvisme

    Cécile Debray

    La collection "Mouvements artistiques" permet de découvrir les grands courants artistiques du XXe et du XXIe siècle à partir d'une sélection d'oeuvres emblématiques principalement tirées de la prestigieuse collection du Musée National d'Art Moderne, au Centre Pompidou. Richement illustrés, les titres de cette série sont écrits par des spécialiste du sujet d'une façon claire et vivante : le parcours chronologique associé aux focus sur les oeuvres satisfait l'amateur éclairé comme le curieux.
    Cet ouvrage est écrit par Cécile Debray - conservateur en chef au Musée national d'art moderne et grand spécialiste du Fauvisme. L'auteur a été commisaire de l'exposition L'Aventure des Stein au Grand Palais (2011) et de la grande rétrospective Matisse Paires et Séries actuellement au Centre Pompidou.

  • A partir de l'exceptionnelle collection du Musée national d'art moderne, Camille Morineau nous propose un voyage à la fois chronologique et thématique dans la création de 1905 à nos jours ; des pionnières de la première moitié du XXe siècle aux artistes d'aujourd'hui, en passant par les combattantes des années 1960.
    Au fil des oeuvres, des techniques et des chemins individuels, la notion d'un art dit " de femmes " s'efface au profit d'un parcours vivant dans l'art des XXe et XXIe siècles. Enrichi de nombreuses illustrations, d'encadrés thématiques, d'une chronologie et de biographies d'artistes, cet ouvrage accessible et indispensable nous offre les clés pour comprendre l'art de notre temps.

  • L'Union des Artistes Modernes est vaste mouvement regroupant des architectes, des artistes décorateurs, des créateurs de mobilier, mais aussi des peintres, des sculpteurs, des photographes, des créateurs de tissus et de bijoux, des graphistes et des affichistes... Fondée en 1929 sous la forme d'une association française ouverte aux créateurs internationaux, il aura comporté plus de 170 membres jusqu'à sa dissolution en 1958.

    Les artistes français comme Fernand Léger, Sonia Delaunay, Raoul Dufy, Henri Laurens pour la peinture, Francis Jourdain, Eileen Gray, Charlotte Perriand, Pierre Chareau, pour le design, Mallet-Stevens, Jean Prouvé, Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Jean Lurçat, mais aussi Lods, Zehrfuss ou Emile Aillaud pour l'architecture, Hélène Henry pour le textile, Jean Carlu pour le graphisme...tous sont des membres éminents de l'UAM dont la liste couvre tous les champs de la création.
    Rassemblées de manière inédite sous forme de « périod room » leurs oeuvres offrent un large panorama de la création française sur près de cinquante ans et donnent à voir l'évolution de l'idée « moderne ».

    Avec une maquette empruntant aux codes graphiques des revues, le catalogue est caractérisé par une abondante iconographie, qui paraît incontournable pour retracer, en images, la genèse du Design français.

  • Née au début des années 1960, la vidéo s est rapidement imposée comme un médium incontournable.
    Au fil des décennies, elle a évolué de la bande magnétique (vidéo) au tout numérique (nouveaux médias), et de la projection sur écran(s) à l'installation multimédia. Commencée dès 1977, la collection Nouveaux Médias " du Centre Pompidou réunit aujourd'hui plus de mille bandes vidéographiques et sonores et quatre-vingt-cinq installations multimédia (Vito Acconci, Doug Aitken, Peter Campus, Dan Graham, Slan Douglas.
    Jean-Luc Godard. Pierre Huyghe, Isaac Julien, Mike Keltey, Chris Marker, Bruce Nauman, Nam June Paik, Tony Oursler, Bill Viola... C'est l'un des plus importants ensembles au monde, qui reflète le foisonnement de quelque quarante années de création contemporaine au croisement de différentes disciplines. Cet ouvrage présente la totalité des installations multimédia acquises par le Centre Pompidou, analysées par des auteurs de renommée internationale Paul Ardenne, Frédérique Baumgartner, Raymond Bellour, Marion Bertagna, Christa Blümlinger, Frédéric Bonnet, Lynne Cooke, Anne-Marie Ouguet, Marta Gili, Pierre Giquel, Gaby Hartel, Jacinto Lageira, Marianne Lanavère, Andrea Lissant, Barbara London, Stéphanie Moisdon, Françoise Parfait, Chantal Pontbriand, Michael Rush, Katrin Sleffen et Etvan Zabunyan.
    Réunissant plus de trois cents illustrations, il est introduit par trois textes critiques de François Michaud, Françoise Parfait et Christine Van Assche, qui envisagent ces nouveaux médias sous l'aspect économique et sous l'angle des tendances esthétiques et de la muséologie.

empty