• « Il marche, Walker. C'est son nom et sa nature ».

    Jeune soldat canadien de retour des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale, Walker s'installe à New York en 1946. Hanté par la violence des combats, il peine à trouver sa place dans une Amérique où l'argent et la corruption règnent désormais en maîtres.

    Il se lance alors dans une odyssée qui le conduit à San Francisco puis Los Angeles, tente de gagner sa vie en travaillant dans la presse et côtoie le monde du cinéma et du film noir qui le fascine. Mais point de salut pour cette âme perdue, condamnée à errer dans un décor qui n'est autre que le reflet de son chaos intime.

    Road novel en forme de poème épique aux images puissantes, Walker est une évocation en noir et blanc de l'Amérique de l'après-guerre, une sublime parabole sur la nature du Mal.

  • THE LONG TAKE

    Robin Robertson

    B>Shortlisted for the Man Booker Prize 2018/b>b>Winner of the Goldsmiths Prize 2018/b>b>Winner of The Roehampton Poetry Prize 2018 /b>b>Winner of the 2019 Walter Scott Prize for Historical Fiction/b>b>'A beautiful, vigorous and achingly melancholy hymn to the common man that is as unexpected as it is daring.' --John Banville, Guardian/b>A noir narrative written with the intensity and power of poetry, The Long Take is one of the most remarkable - and unclassifiable - books of recent years. Walker is a D-Day veteran with post-traumatic stress disorder; he can't return home to rural Nova Scotia, and looks instead to the city for freedom, anonymity and repair. As he moves from New York to Los Angeles and San Francisco we witness a crucial period of fracture in American history, one that also allowed film noir to flourish. The Dream had gone sour but - as those dark, classic movies made clear - the country needed outsiders to study and dramatise its new anxieties. While Walker tries to piece his life together, America is beginning to come apart: deeply paranoid, doubting its own certainties, riven by social and racial division, spiralling corruption and the collapse of the inner cities. The Long Take is about a good man, brutalised by war, haunted by violence and apparently doomed to return to it - yet resolved to find kindness again, in the world and in himself.Robin Robertson's The Long Take is a work of thrilling originality.

  • Jonathan Coe contraint de ramper devant le public d'un studio de télévision pour se soustraire au champ des caméras . Julian Barnes, s'adressant à son éditeur, est incapable de se souvenir du titre de sa seule nouvelle publiée . Rick Moody faisant une lecture dans une librairie où, suite à une erreur de date sur le programme, sa mère est l'unique auditrice . André Brink , lors d'une soirée littéraire, peine à discuter avec son éditeur.
    Finalement, il remarque une femme près du buffet et s'exclame : « mais qui peut bien être cette pauvre femme, là-bas ? « c'est ma femme », répond l'éditeur

  • Robin Robertson, poète anglais, a eu l'idée de recueillir les témoignages de hontes publiques et d'humiliations, diverses et variées, vécues par soixante écrivains anglo-saxons, connus du grand public. Le lecteur assiste à un cortège de situations burlesques, d'espoirs bafoués, de désirs frustrés, de quiproquos. On y voit Chuck Patahniuk interrompu durant une lecture publique par les commentaires ironiques d'un travesti drogué distribuant des cachets opiacés aux étudiants. On découvre Jonathan Coe rampant à quatre pattes devant le public d'un studio de télévision pour se soustraire au champ des caméras. Julian Barnes raconte une rencontre d'amnésiques entre lui et son éditeur, celui-ci ne se souvenant pas de son nom et lui-même cherchant désespérément le titre de son unique oeuvre publiée à l'époque. Paul Farley décrit son angoisse, lors d'une lecture, à l'idée que le micro puisse capter les couinements et les gémissements de ses intestins malades. Paul Bailey, lors d'un salon du Livre à Bordeaux, relate la brève mais remarquée intervention de Robin Cook. Les récits des blessures d'amour-propre d'écrivains, teintés d'une savoureuse autodérision, créent une littérature de la disgrâce pleine d'humour et d'humanité.

  • Si vous êtes végétarien et que vous pensez que les mijoteuses sont réservées aux amateurs de viandes, cuisine végétarienne à la mijoteuse vous initiera aux merveilles de ce mode de cuisson.
    Et si vous êtes déjà enthousiasmé par la mijoteuse, voici de nouvelles recettes saines et délicieuses conçues pour votre appareil favori. les mijoteuses peuvent servir à cuisiner davantage que les coupes de viande dures et peu coûteuses. elles sont parfaites pour la cuisine végétarienne et santé parce que la cuisson lente et douce est infaillible pour les haricots, les céréales, de nombreux légumes et beaucoup plus.

empty