• La disgrâce inopinée de Calonne a pour cause l'effondrement de la confiance de Louis XVI en l'intégrité de ce Contrôleur général des finances, dont il prisait le programme de modernisation des institutions de son royaume. Confiance ébranlée sans doute par la révélation, que Calonne n'avait pu éviter de lui faire, des mesures auxquelles il avait été acculé pour « secourir la place » en proie à un agiotage effréné et par la calomnie qui l'accusait à tort d'y trouver son intérêt. Confiance qui avait cédé devant la révélation par Miromesnil de la tentative, que Calonne avait voulu dissimuler, de parer l'attaque de ses rivaux entraînés par Necker dans une « guerre de plume » visant à louanger l'état des finances de la France à la fin de son premier ministère.

    En étudiant des documents inexploités à ce jour conservés aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale, Olga Ilovaïsky permet de cerner l'énigme du changement d'attitude de Louis XVI envers Calonne et de comprendre le recours du roi - aux fins de sauver l'entreprise sur laquelle il avait voulu qu'une assemblée de Notables lui fît ses « observations » - à ce Loménie de Brienne, incarnation pour lui d'une « prêtraille » à la foi suspecte, dont, non sans l'avoir d'abord récusé, il espérait faire le nouveau garant du couronnement de ses espoirs d'un avenir meilleur pour ses « Peuples ».

empty