Buchet Chastel

  • Fulgencio Batista, celui que l'imaginaire collectif pétri par la propagande castriste considère comme un dictateur sanglant, à la solde des États-Unis et complice de la mafia, fut un personnage bien plus complexe que cela. Métis aux origines misérables, sergent révolutionnaire, président démocratiquement élu, écrivain autodidacte, homme d'État et putschiste autocrate, «El Hombre» accumulait les paradoxes.

    Dans une île de Cuba tourmentée par les affrontements politiques et la guérilla, son pouvoir s'effondra dans la nuit du Nouvel An 1959, faisant place nette à Fidel Castro et à son régime liberticide, dont les héritiers n'en finissent plus de reproduire le schéma totalitaire soixante ans plus tard.

    Les origines de cette tragédie permanente qu'est la révolution cubaine - n'en déplaise à ses nombreux thuriféraires - se trouvent dans ces «années Batista». Pour les connaître et les comprendre il est nécessaire d'en établir la contre-histoire.

    L'ouvrage présente le témoignage exceptionnel et inédit de Roberto «Bobby» Batista (un des fils de Fulgencio), et est accompagné d'un cahier photos et d'une ample chronologie qui retrace l'histoire de Cuba.

  • Innombrables sont les intellectuels qui ont chanté le Che, sans avoir lu une seule ligne de ses écrits, déversant leurs propres fantasmes sur un personnage réduit à deux photos, celle d'un homme coiffé du béret à l'étoile solitaire, regardant au loin vers un avenir qu'il imaginait sans doute radieux, et celle d'un cadavre torse nu, ressemblant vaguement au Christ gisant du tableau du peintre italien du Quattrocento Andrea Mantegna. Ces images de Che Guevara visent, avant tout, à occulter ses paroles. Jacobo Machover a choisi pour sa part de s'immiscer dans les aspects les plus secrets de sa vie, dans ses pensées les plus profondes, à travers l'analyse de ses textes ainsi que des témoignages de certains de ses proches, pour tenter de percer à jour ses contradictions. Il montre ainsi le révolutionnaire à la fois dans sa dimension utopique et dans son insensibilité et sa cruauté quotidiennes. Tour à tour rebelle, bourreau et victime. Jamais univoque, ce livre démonte l'immense malentendu qui s'est greffé autour de sa personne. Où l'on découvre, derrière le libertaire romantique, le stalinien fanatique, simple pièce dans l'échiquier de Fidel Castro.

    Le Che dévoilé, à partir de ses propres textes et des témoignages de personnes qui l'ont connu. Jamais univoque, ce livre démonte l'immense malentendu qui s'est greffé autour du Che. Où l'on découvre, derrière le libertaire romantique, le stalinien fanatique, simple pièce dans l'échiquier de Fidel Castro.

  • Dans les années 1930, les membres de la famille Machover quittent la Pologne pour une France plus accueillante. Pendant l'Occupation, pour un bon nombre d'eux, leur destin sera la rafle, la déportation et la mort dans les camps d'extermination allemands. Parmi eux, l'étudiant en médecine David, l'oncle maternel de l'auteur. Alors qu'il se cachait dans la Creuse, il est arrêté par les gendarmes français avant d'être envoyé à Drancy puis déporté à Majdanek.


    Son destin hantera la mémoire d'une famille qui choisira un nouvel exil dans l'île de Cuba. Mais le sort s'acharne, et la folie de la révolution castriste pousse les Machover à fuir une fois encore.

    C'est dans la France des années de Gaulle, de Mai 68 et de ses agitations politico-sociétales que l'auteur devra faire face à son destin de perpétuel exilé, d'enfant de la Shoah et de la révolution, dans une recherche de soi qui le conduira à vivre en marge, entre désir de liberté et errance érotique, dans l'Espagne postfranquiste et, fatalement, de nouveau à Cuba.

  • Le régime castriste a cinquante ans. Fidel n'est plus au pouvoir, mais son frère Raoul a pris la suite. Pendant un demi-siècle, les exécutions, les arrestations arbitraires, les procès iniques, les bannissements se sont déroulés dans une large indifférence de la communauté internationale, et presque sur un air de fête : le Lider Maximo défiait les États-Unis et cela justifiait pour beaucoup que l'on ferme les yeux sur ses méthodes.
    « À Cuba, tout citoyen est un opposant potentiel. Un fugitif en puissance » écrit Jacobo Machover, né à Cuba et lui-même exilé, qui a recueilli les témoignages des résistants cubains, des victimes et de leurs familles. Il restitue ici leurs paroles.
    Balseros (ceux qui fuyaient vers la mer), anciens compagnons de la révolution, intellectuels insoumis, poètes rebelles, plantados (prisonniers politiques ayant refusé la rééducation par le travail), femmes dissidentes. racontent Cuba vu des geôles de Castro. Ils disent l'envers du décor du pays de la salsa.
    Au fil des pages, on découvre l'incroyable force intérieure des opposants cubains, leur courage et leur obstination.
    Entendre en France. Le témoignage du naufrage d'une aventure politique qui promettait le bonheur après la chute du dictateur Batista.
    La mémoire vive de l'une des dernières dictatures communistes. Des voix qu'on a rarement voulu

  • Depuis le renversement du dictateur Fulgencio Batista, en 1959, Fidel Castro règne en maître à Cuba. Le Líder Máximo a résisté à toutes les offensives, à commencer par la tentative de débarquement de la baie des Cochons, comme à tous les bouleversements de l'histoire, y compris à l'effondrement de son principal soutien, le communisme soviétique. Ennemi juré des États -Unis, il a même pu faire de l'introduction du dollar sur l'île l'ultime outil de la pérennité de son pouvoir. Expert dans l'art de transformer ses déconvenues en victoire, le
    premier des barbudos a su recouvrir l'extrême violence de son régime du voile du romantisme révolutionnaire doublé de la digne insouciance des paradis tropicaux. Ainsi l'implacable Ernesto Guevara se drape-t-il dans la
    légende libertaire et planétaire du Che, ainsi la douleur de l'exil, la brutalité de la répression, l'abîme de la pauvreté disparaissent-ils dans les accents de la salsa nostalgique d'un Compay Segundo.
    Revenant sur le parcours de Fidel Castro et sur l'histoire de la révolution cubaine, Jacobo Machover montre que sous des dehors qui n'ont pas manqué de séduire nombre d'intellectuels, dans l'ambiance nostalgique d'une île tropicale, à la fois digne et festive, c'est un système totalitaire qui s'est mis en place, avec pour seul objectif aujourd'hui celui de survivre à son chef.
    Le long règne de Fidel Castro sur Cuba s'achève. Jacobo Machover écrit son histoire du point de vue des victimes. À l'opposé de la légende romantique et révolutionnaire.

empty