Rivages

  • A des signes manifestes un siècle s'avance qui dressera armes et versets.
    Avant que de nouveaux agitateurs du sacré ne mettent à rôtir l'humanité la bible au poing, forçant ses pages pour dicter des massacres, je raconte ce que j'ai trouvé en lisant ce livre dans sa langue mère.
    Bientôt divers noms de dieu seront hissés sur des drapeaux adverses et les peuples seront ennemis une fois encore au nom du ciel. avant les règnes des fois armées, que chacun se hâte de lire la bible à sa façon, avec ferveur et froideur, avec plus ou moins de chance.
    Car ce livre est beau, valeur qui a contribué à préserver ce sacré jusqu'à aujourd'hui. le sacré dure au coeur des millénaires quand il se fixe dans des livres grandioses. la bible en est pleine.
    Je ne l'ai pas lue en la dépouillant du divin. ces récits qui sont des comptes rendus de découvertes, de lumières nouvelles sur d'antiques personnages, ne viennent pas d'une lecture profane de la bible.
    Le sacré est dans ces pages comme le courant apaisé d'un fleuve près de la mer, il guide le voyage mais il n'est ni source ni embouchure, il n'est pas un lieu mais une nécessité.
    Que chacun trouve les feuilles écrites pour lui dans le livres, renouvelant ainsi l'antique surprise de sentir que lui-même, par certaines de ces pages, a été trouvé.

  • Tous les matins, la tête vide et lente, j'accueille les paroles sacrées.
    Pour moi, les comprendre ce n'est pas les saisir, mais être rejoint par elles, être calme au point de se laisser agiter par elles, dépourvu d'intention au point de recevoir la leur, insipide au point d'être salé par elles. ainsi, suis-je devenu un hôte chez moi des paroles de l'ecriture sainte. je restitue en désordre une infime partie du don de pouvoir la fréquenter.

  • Alzaia

    Erri De Luca

    Ces articles, cent et des poussières, sont extraits du gros tas de cahiers que j'ai remplis de phrases pêchées au hasard, un peu partout.
    Je les ai transcrites, poussé par un maudit besoin de collectionneur, une sorte de rétention de pensées contre la perte de la mémoire.
    Avec une habileté de brocanteur j'ai déniché la phrase, l'accident, l'idée.
    J'y ai ajouté ensuite des choses que j'avais vécues. et puis, dans une proportion toute sabbatique, une sur sept, on y trouve des pensées sur certains vers de l'ancien testament. alzaia, ou haussière, est le nom du cordage qui tire sur l'eau une cargaison, le long du chemin.
    Erri de luca

  • " comme le berger sauvera de la bouche du lion deux pattes ou un bout d'oreille, ainsi seront sauvés les fils d'israël.
    " ce qu'a écrit le prophète amos m'est venu à l'esprit en dégageant un éclat d'obus fiché dans un mur de mostar est à la hauteur de mes yeux. j'ai cru refaire gauchement le geste de ce berger par mes voyages de chauffeur de convois humanitaires, en rapportant quelques pages.
    Rez-de-chaussée est mon seul point de vue sur le monde. je n'ai regardé aucun panorama, je ne suis monté sur les épaules de personne, je ne me suis pas mis sur la pointe des pieds.
    Je n'ai eu que ma taille, pas très haute, d'homme.
    Mon rez-de-chaussée contient aussi des fantômes de naples, des aventures d'ouvriers, une paroi rocheuse, quelques mots de l'hébreu de la bible, une agitation de rue, des pensées sur le sud, sur l'abstinence, sur les bêtes, et un souvenir affectueux du quichotte.

empty