• Début du XXIe siècle. La terre semble avoir résolu ses problèmes de surpopulation et de famines. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, s'il n'y avait « la Tour ». Mélange de plastique, de béton et d'acier, le fameux édifice - dix niveaux de cinq étages chacun - a été érigé en Inde en 1975 dans le cadre d'une expérience. À l'origine, 1500 volontaires - dont 500 couples - de moins de vingt-cinq ans y furent introduits afin d'étudier le comportement d'individus soumis au confinement. 25 ans plus tard, 75 000 personnes pullulent à l'intérieur. Le conditionnement a si bien fonctionné que personne ne semble vouloir sortir, ni même imaginer qu'une autre réalité extérieure soit possible. Pourtant, un certain Thomas Dixit est chargé de mesurer l'intérêt de poursuivre l'expérience de La Tour... ou de l'arrêter.
    La Tour des damnés (« Total Environment » en anglais) explore aussi bien la faculté de l'humanité à chercher infatigablement des solutions à sa survie, que la puissance de la science et les problèmes d'éthique qui en découlent. Il évoque la capacité d'adaptation de l'homme face à son environnement, ainsi que son absolu besoin de pouvoir, de croyance et de domination.

  • La Terre se meurt sous la menace du Soleil sur le point d'exploser. À sa surface s'étend une immense jungle peuplée de végétaux qui se sont peu à peu adaptés à cet environnement hostile. Les derniers descendants de l'espèce humaine tentent tant bien que mal d'échapper aux nombreux périls qui les entourent. Gren, un enfant-homme séparé de son clan, part à l'aventure et, en affrontant diverses espèces végétales, le plus souvent mortelles, découvrira certains des secrets de ce nouveau monde, intégralement vert.
    Classique de la science-fiction, Le Monde Vert nous entraîne dans un futur lointain, étrange et familier à la fois. Un roman couronné par le prix Hugo en 1962 mais qui, à l'heure des dérèglements climatiques annoncés, est toujours d'actualité, tout en réussissant à rester optimiste.

    Ajouter au panier
    En stock
  •   Helliconia, planète de type terrestre, surveillée depuis des siècles par un satellite terrien, tourne autour de deux soleils, Batalix et Freyr. Son orbite autour de Batalix dure une petite année de quatre cent quatre-vingts jours. Mais elle accompagne Batalix autour de Freyr en mille huit cent vingt-cinq petites années.


      Parce que Freyr est une étoile géante et que cette grande orbite est très elliptique, Helliconia connaît un terrible hiver de plus de cinq cents ans, un été torride de même durée, et entre les deux un bref printemps.


      Ces saisons sont si longues que les habitants d'Helliconia, humains et phagors, n'en conservent pas le souvenir, sauf dans leurs légendes. Pour Yull, le chasseur, le printemps d'Helliconia, c'est le monde à l'envers, la révolution, le dégel de l'histoire...



      Voici le premier volume de la trilogie d'Helliconia, le chef-d'oeuvre de Brian Aldiss, l'un des principaux écrivains britanniques contemporains, qui a rivalisé ici dans la création d'un univers avec Frank Herbert, l'auteur de Dune.

  •    Après le printemps et l'été d'Helliconia, voici venir son hiver, dernier volet de la prodigieuse trilogie épique de Brian Aldiss.

       Un hiver de mille ans qui sera pour les humains le temps de la décadence et du repli dans les cavernes profondes, et peut-être celui de l'oubli de la civilisation qu'ils ont su créer durant l'été.

       Luterin Shoderankit veut se montrer digne de son père, le gardien redouté de la Grande Roue de Karnabhar. II devient un héros au combat contre les phagors et s'éprend de la femme dont il a fait son esclave en tuant son époux. II se dirige vers le nord au moment où la nuit descend sur Helliconia, et va rencontrer son destin.

       Un destin entre cent de ce livre-univers qui nous entraîne à plus de mille années-lumière de la Terre.

  • Helliconia, planète de type terrestre, tourne autour de deux soleils, Batalix et Freyr. Elle accompagne Batalix, naine rouge, autour de Freyr, une étoile géante, en mille huit cent vingt-cinq petites années de Batalix. Parce que cette grande orbite est très elliptique, Helliconia connaît un terrible hiver de plus de cinq cents ans et un été torride de même durée.
    Après Le Printemps d'Helliconia, voici venir l'été. Tandis que la température monte, les peuples sont agités par des prophéties selon lesquelles Helliconia finira dans le feu. Jandol Anganol, roi mystique et paillard, rusé et indécis, de Borlien, y perdra son trône et sa reine en moins d'une petite année de Batalix.
    Voici le deuxième volume de la trilogie d'Helliconia, le chef-d'oeuvre de Brian Aldiss, l'un des principaux écrivains britanniques contemporains. Helliconia est une oeuvre unique où l'histoire, les transformations de l'environnement, l'écologie et les lois de l'évolution s'enchevêtrent en une trame qui échappe à tout précédent terrestre. C'est un livre-univers comparable au célèbre Dune de Frank Herbert.

  • En 1939, le jeune Horatio Stubbs s'est engagé.
    Il est ici dans l'armée des Indes : aux écoles privées succède l'univers d'une société d'hommes et aux jeux sexuels ceux de la guerre. Dans la boue et la crasse de la jungle birmane, les hommes semblent attendre un ennemi qui ne viendra jamais. Mais les Japonais finiront par attaquer, alors la violence sourde éclatera des deux côtés en un combat d'une féroce intensité dramatique. Horatio apprendra que la vie a aussi la saveur du sang.
    Au thème classique du roman d'apprentissage s'ajoutent une verve satirique et une verdeur de langage d'une causticité peu commune qui font de ce texte un roman drôle et irrévérencieux.

  • Sophocle, dans OEdipe Roi, nous raconte la tragédie d'OEdipe, involontairement marié avec Jocaste, sa mère, et assassin de son père. Jocaste a donc épousé son fils sans le savoir, mais Sophocle ne s'intéresse pas à cette épouse-mère.
    Brian Aldiss préfère, lui, une Jocaste séduisante, certes, mais largement responsable de l'inévitable tragédie. Il nous montre le drame de son point de vue à elle. Les petites contrariétés de sa confortable vie familiale, la cohabitation avec sa grand-mère Sémélé, magicienne et vestige de l'âge de bronze qui chasse les harpies comme d'autres les mouches, la présence de la Sphynge qui traîne dans le palais et veut se reproduire, le mauvais caractère d'OEdipe. Peu à peu, la fausseté de la situation de Jocaste apparaît, l'oracle des dieux s'avère inéluctable, suivi de la Némésis.
    Brian Aldiss éclaire d'une lumière fraîche et humoristique une vieille histoire qu'il conclut avec le drame de la fille de Jocaste, Antigone.
    Conteur incomparable, Brian Aldiss explore les non-dits du mythe et enrichit la littérature d'un personnage de femme complexe et intrigant.

  • 1946, la guerre en birmanie est terminée, l'après-guerre commence.
    Horatio attend à sumatra sa démobilisation et son retour en angleterre. mais le réveil est rude. ce qui commence est totalement déroutant : la décolonisation, la fin des empires, en particulier l'empire hollandais en indonésie, avec de nouvelles formes de lutte, le terrorisme. pourtant pour horatio, toujours aussi sentimental, le danger ne vient pas tant des embuscades que des femmes, deux chinoises notamment.
    Toujours caustique, l'auteur poursuit sa biographie d'un jeune anglais de vingt-trois ans partagé entre le sexe, qui l'intéresse passionnément, et un sentimentalisme déplacé dans le monde violent et déstructuré de l'après-guerre. menacé de bigamie, horatio nous entraîne dans des aventures irrésistibles entre violence et tendresse, sexualité et humour, sérieux et drôlerie.

  • Le premier volume de la trilogie d'Helliconia : une saga pleine de bruit et de fureur.
    Helliconia, planète de type terrestre au climat glaciaire, est surveillée depuis des siècles par un satellite terrien. À la surface, une poignée de chasseurs humains et un peuple d'autochtones, les Phagors. Dans les profondeurs des cavernes, une civilisation humaine statique et souffreteuse, confinée par les prêtres dans le culte de Watra, le dieu des Glaces. Helliconia tourne autour de deux soleils, Batalix et Freyr, qui induisent des saisons extrêmement marquées. Elle connaît un hiver de près de mille ans et un été torride tout aussi long. Entre les deux un bref printemps. De saisons si longues, nul ne conserve le souvenir, sinon dans les légendes. Pour Yuli le chasseur, le printemps d'Helliconia, c'est le monde à l'envers, la révolution, le dégel de l'Histoire. La promesse d'un autre ordre social...
    Avec le cycle d'Helliconia, Brian Aldiss s'est hissé définitivement au niveau des plus grands, de ces créateurs de monde où chaque détail sonne vrai et où le souffle épique de l'auteur vous emmène sans heurt aux confins de la galaxie et de vos rêves.
    Aldiss a mis tout son talent dans Helliconia, ce monde qu'il a créé de toutes pièces, un monde crédible dans lequel les hommes parcourent leur destin avec grandeur et humanité.

  • Helliconia est une oeuvre unique où l'Histoire, les transformations de l'environnement et les lois de l'évolution s'entrelacent en une trame qui échappe à tout précédent terrestre. C'est une fable et un exploit, un livre-univers comparable au célèbre Dune de Frank Herbert.
    Brian Aldiss, l'un des plus célèbres écrivains britanniques, a recréé l'histoire d'une planète entière sur des millénaires. Ses héros véritables, par-delà les individus qui s'agitent sur la scène du monde, sont des royaumes entiers, des peuples ou même des espèces. Helliconia ressemble par certains côtés à la Terre. Elle possède des montagnes et des plaines, des fleuves, des océans, des forêts et des déserts. Des quasi-humains la partagent avec des phagors, une espèce intelligente, dotée de cornes, d'une épaisse toison, familière du froid et qui semble descendre de sortes de bisons.
    Dans ce second volume de la trilogie d'Helliconia (le premier, Le Printemps d'Helliconia, a été remis en place en mai 2006), Brian Aldiss décrit, sur moins d'une année et à travers toute la planète, l'histoire de la chute du roi de Borlien, JandolAnganol, dont les voisins ont été rendus turbulents par l'ardeur écrasante de l'été...
    Car Helliconia connaît un terrible climat. Elle tourne autour d'une naine rouge en une petite année de 480 jours. Cette faible étoile l'entraîne autour d'une autre, géante, Freyr, en un long périple elliptique de 2 592 années terrestres. Lorsque Helliconia s'éloigne de Freyr, c'est l'hiver, une petit ère glaciaire de 500 ans ; lorsqu'elle s'approche de Freyr, c'est un insupportable été de 238 ans... Les peuples sont alors agités par des prophéties selon lesquelles Helliconia finira dans le feu. Le roi, mystique et paillard, rusé et indécis, y perdra sa reine et sa vie...

  • après le printemps et l'été d'helliconia, voici venir son hiver.
    cette planète, située à plus de mille années-lumière de la terre, est baignée de la lumière de deux soleils, batalix et freyr. mais tandis qu'elle tourne autour de batalix en une petite année, la seconde étoile, freyr, ne revient réchauffer helliconia qu'au cours du printemps et de l'été, la grande année durant 1 825 petites années. ainsi, pour les habitants d'helliconia, les uns humains et les autres phagors, les glaces succèdent à la fournaise, et ces alternances rythment leur histoire.
    voici donc venir le temps du froid et, pour les humains, le temps de la décadence et du repli, mais aussi d'un ordre de fer et de la cruauté.
    /> les phagors au contraire s'enhardissent et se révoltent contre la tyrannie humaine.
    entre cent histoires, l'hiver d'helliconia conte le destin de luterin shoderankit, qui cherche à se montrer digne de son père, le redouté gardien de la grande roue de kharnabhar.
    dans ce troisième et dernier volume de la série helliconia, brian aldiss excelle à donner le sens du temps, de la durée, et à faire ressortir la dimension cosmique et tragique, mais vibrante d'espoir, d'une histoire sur laquelle les individus n'ont guère de prise mais où ils s'acharnent à survivre, à durer.
    dans l'attente du printemps...
    helliconia est l'un des chefs-d'oeuvre incontestables de la science-fiction, la création d'un monde étrange mais suprêmement vraisemblable jusque dans le détail, un exploit littéraire inégalé.

empty