Littérature traduite

  • A Edimbourg, un asile ferme ses portes, laissant ses archives et quelques figures oubliées ressurgir à la surface du monde. Parmi ces anonymes se trouve Esme, internée depuis plus de soixante ans et oubliée des siens. Une situation intolérable pour Iris qui découvre avec effroi l'existence de cette grand-tante inconnue. Quelles obscures raisons ont pu plonger la jeune Esme, alors âgée de seize ans, dans les abysses de l'isolement ? Quelle souffrance se cache derrière ce visage rêveur, baigné du souvenir d'une enfance douloureuse ? De l'amitié naissante des deux femmes émergent des secrets inavouables ainsi qu'une interrogation commune : peut-on réellement échapper aux fantômes de son passé ?

  • Juillet 1976. Dans un Londres caniculaire, l'ambiance est lourde chez les Riordan. Robert, le père, disparait sans prévenir et laisse sa femme, Gretta dans l'incompréhension. Réunis autour de leur mère, les enfants tentent de retisser des liens distendus et de comprendre. Et si sa disparition était la clé d'un mystère familial encore plus grand, protégé depuis de longues années ? Entre Londres, New-York et un village d'Irlande, Maggie O'Farrell dresse avec délicatesse et justesse le portrait d'une famille suffocant sous le poids de la chaleur et des non-dits.

  • Tout quitter pour ouvrir la librairie de ses rêves, voila le pari fou que fait Emma, une milanaise énergique et romantique, à l'aube de ses cinquante ans. Unique en son genre, la librairie Rêves&Sortilèges, spécialisée dans les romans d'amour, devient le lieu de rendez-vous des coeurs brisés, amoureux ou solitaires passionnés. Et c'est justement entre les rayons « Pour l'éternité » et « A corps libres » qu'Emma va retrouver Federico, son flirt de jeunesse. Marié, il vit aujourd'hui à New-York. Pourtant une correspondance secrète s'établie entre les anciens amants qui, au fil des jours, vont réapprendre à se connaître et à s'aimer. Un roman hors normes, vibrant hommage au pouvoir des mots et de la littérature. « Un roman épistolaire et romantique qui [...] donne envie de dévaliser la première librairie venue !» Olivia de Lamberterie, "Elle" "traduit de l'italien par Françoise Brun"

empty