Parentheses

  • Si la création d'un projet paysager est toujours connue et documentée, il n'en va pas de même de ses altérations sous l'action du temps. test dans ce vide critique et analytique que s'inscrit cet ouvrage. Ouvrant sur le récit d'un projet qui permet de se familiariser avec la production ordinaire d'un espace public, il se poursuit par sept études de cas, illustrant chacune un item d'une grammaire de l'altération : la ruine, Ille, le socle, la fondation, le bois, le germe et le pôle.
    Dans un troisième temps, l'auteur expose un cadre théorique susceptible d'intégrer ces données. Riche d'exemples, ce livre montre que le projet de paysage est, par ses errements, le vecteur d'une écologie concrète de l'espace habité, appelée à être le support d'une nouvelle théorie critique de l'espace public.

  • Une des questions majeures que rencontre aujourd'hui l'humanité, en tant qu'espèce et en tant que société, est celle qui concerne la condition écologique de son existence. Elle est en crise et connaît de profonds et vastes bouleversements qui se traduisent dans les paysages et leurs dégradations, qui en sont comme le reflet et le dépôt.
    Ce livre et la collection qu'il introduit voudraient orienter l'attention vers le paysage considéré non comme une conséquence mais plutôt comme une condition de départ de l'existence humaine. S'il y a une nécessité du paysage, c'est avant tout parce qu'il est une donnée constitutive et incontournable de l'existence humaine, individuelle et sociale.

  • Le paysage, loin d'être un spectacle ou un objet d'étude, doit être saisi comme un milieu dynamique. Qu'il ne soit pas quelque chose mais qu'il faille plutôt le considérer comme une relation. En étudiant diverses façon d'aborder cette question du paysage dans la manière dont nous l'appréhendons à partir de la marche, de la danse ou du déplacement en général, ce qui est privilégié ici, c'est l'expérience du paysage qui passe aussi par des formes particulières de désorientation que l'art nous permet de mieux appréhender. Pour comprendre et transformer nos paysages, pour y vivre et pour les aimer, il nous faut mobiliser un goût esthétique et un imaginaire productif.
    L'art est au coeur de ces développements qui s'appuient en même temps sur l'histoire, la philosophie et l'anthropologie.

  • La démarche paysagère mise au jour dans cet ouvrage apparaît profondément innovante, voire révolutionnaire : elle est contre les spécialistes, les disciplinés, les simplificateurs, les séparateurs, les réducteurs, les rationalistes, qui défont la planète. Elle porte l'ambition folle de redessiner le monde. Elle possède tous les attributs pour détoner.
    Il est urgent de mettre cette puissance de feu bienveillante et percutante au service de la Transition, car la Transition elle-même est une urgence, qui a vocation à déboucher sur un monde désiré et heureux, plutôt que sur une planète défaite. La nature décapante de ce mode de penser et d'agir relationnel, transversal, indiscipliné... peut nous y aider. Il est temps de s'engager dans le passage en construisant l'Archipel des Métamorphoses.
    />

  • Depuis vingt ans, l'Atelier Le Balto dessine et réalise des parcs et des jardins oscillant aux frontières de l'art et du paysage. Escales propose de s'attarder sur certains d'entre eux, à Paris, Berlin ou Göteborg. Des jardins disparus, d'autres qui ne cessent de s'inventer, ou encore des expérimentations à grande échelle.
    D'escale en escale, le lecteur est amené à découvrir la démarche de l'atelier par des chemins de traverse évoquant tour à tour le dessin, les hivers, les débordements, les savoir-faire. L'ouvrage se propose de témoigner d'une manière d'être paysagiste. En donnant toute sa place aux processus mis en oeuvre dans chacun des projets, en faisant la part belle à l'audace des plantes, Escales atteste également de cette belle aventure humaine qu'est la création d'un jardin.

  • Au fil du trait : carnets d'un arpenteur Nouv.

    Et si l'avenir des paysages se décidait dès maintenant, dans le soin qui est mis à les regarder, à les comprendre et à les saisir comme lieu de dialogue ?
    C'est l'hypothèse de l'auteur pour qui dessiner est une entrée dans le projet.
    Ce Carnet se présente comme un arpentage vagabond, des routes d'Amérique du Nord aux replis du Massif central, du littoral aux arrière-pays, du plus anthropisé au plus sauvage. Les dessins et les réflexions qui s'y tissent reflètent différents modes d'exercice du paysagisme et nous permettent d'en comprendre les composantes.
    Au-delà des multiples traversées dont ce livre témoigne, une exigence centrale s'affirme : celle de retrouver le goût du contact direct avec le monde pour conduire les mutations impérieuses des temps à venir.

empty