Sciences humaines & sociales

  • De la propagande

    Noam Chomsky

    " la pratique de noam chomsky, c'est de vous dire ce qu'il pense, pas ce que vous devez penser.
    Il ne se contente pas de maudire l'obscurantisme, il allume une bougie pour que nous puissions y voir. " voir ou comprendre quoi ? l'impérialisme américain, d'abord, qu'il démonte avec une remarquable acuité - de l'éradication des résistances sud-américaines au contre-terrorisme. les ressorts psychologiques et lexicaux de la " fabrication de l'assentiment " dans le monde. mais aussi la signification de la mobilisation contre l'omc à seattle, le fonctionnement de l'onu et des cours internationales de justice, notamment à propos du cas pinochet, le fondement de l'économie capitaliste depuis les années 1970.
    Derrière le chomsky politique apparaît alors le chomsky linguiste, insistant sur la détérioration et la falsification du langage, moyen pour une certaine idéologie néolibérale de faire passer les vessies pour des lanternes.

  • Depuis l'effondrement des régimes communistes, le dogme néo-libéral est le pavillon sous lequel les etats-unis, imités par la majorité des pays occidentaux, ont décidé de défendre leurs intérêts stratégiques.
    Les deux grands mots d'ordre de ce que l'on appelle la " mondialisation " - " moins d'etat " et " liberté des marchés " - sont désormais leurs armes privilégiées pour assurer leur domination sur le reste du monde. pourtant, noam chomsky souligne à quel point la réalité du néo-libéralisme actuel tourne le dos aux principes du libéralisme " classique ". la compétition est truquée et les pays riches, en position de force, recourent à toutes sortes de mesures qui sont autant de violations déguisées de la liberté qu'ils prétendent défendre.
    " un brûlot fustigeant les hypocrisies du dogme néo-libéral. ", midi libre.

  • Le bandit-en-chef george w.
    Bush, dit " george ii " et son gang, dick cheney, donald rumsfeld & co., gouvernent l'amérique. ultraconservateurs et richissimes, ils ont fait main basse sur le pays, et partent maintenant en guerre contre l'" axe du mal ". provocateur, corrosif, inquiétant, narcissique, subversif, mike l'agitateur-en-chef refuse de leur abandonner le pays et supplie le secrétaire général de l'onu de déployer ses casques bleus et de rétablir la démocratie ! le temps est venu de lancer la contre-attaque en dénonçant les maux cachés de l'amérique : l'illettrisme et l'alcoolisme (le président connaît bien les deux problèmes), le racisme (mike propose aux noirs un kit de survie !), la libre circulation des armes, la peine de mort, la pauvreté massive, mais aussi l'arrogance et l'irresponsabilité de la politique étrangère de son pays.
    Pas de doute, mike est de retour ! et l'humour ravageur du réalisateur de bowling for columbine détonne dans le consensus patriotique qui domine aux etats-unis depuis les attentats du 11 septembre et la guerre en irak.

  • Voici, à travers les yeux d'un ancien ouvrier devenu agitateur professionnel, la face sombre et peu glorieuse des états-unis, celle du chômage et de la pauvreté, du racisme...
    Et des antidépresseurs. avec un humour féroce, michael moore part en guerre contre les spécialistes du " dégraissage " intensif et leurs alliés, les politiciens qui leur donnent carte blanche (et des subventions). lui-même licencié de general motors, il râle, dénonce, accuse, rêve d'organiser le procès des liquidateurs du " rêve américain ", demande à l'arabie saoudite une aide financière pour les pauvres d'amérique et offre ses conseils à tous les laissés-pour-compte ! drôle et excessif, il nous rappelle que le rire est aussi une arme de combat et de résistance.
    />

  • Tous aux abris

    Michael Moore

    george w., le bandit-en-chef accompagné de sa clique de millionnaires, prépare sa réélection au poste de commandant en chef de la mère patrie ! il n'en fallait pas plus à mike pour repartir au front et tout faire pour que le cauchemar s'arrête.
    dans ce nouveau livre, aussi drôle et provocateur que les précédents, mike est l'arme de dérision massive : il s'attaque aux mensonges et à la propagande dont son pays est victime depuis le 11 septembre, notamment sur les armes de saddam. il révèle les petits secrets du roi george du pétrole irakien et ses petites combines avec ses copains saoudiens. et mike se fâche vraiment quand il voit que sa patrie est devenue les etats-unis de la peur, où les libertés publiques sont menacées alors que les grands patrons-truands des multinationales us échappent à la prison ! " le bonhomme est toujours aussi drôle.
    dans son dernier bouquin, il s'emploie, avec la joyeuse hargne qu'on lui connaît, à dégommer le bilan calamiteux de george w. et de son gang. "

  • Depuis sa prise du pouvoir en 1959, fidel castro règne en maître à cuba.
    Le lider maximo a résisté à toutes les offensives, toutes les tentatives de déstabilisation et tous les bouleversements de l'histoire, y compris l'effondrement de son principal soutien, le régime soviétique. expert en art de transformer ses déconvenues en victoires, il a su recouvrir l'extrême violence de son pouvoir du voile du romantisme révolutionnaire. ainsi l'implacable ernesto guevara est-il drapé dans la légende libertaire du che, ainsi la douleur de l'exil, la brutalité de la répression, l'abîme de la pauvreté s'effacent-ils au son nostalgique de la salsa.
    Au moment oú l'après-castro se prépare, jacobo machover écrit dans ce livre l'histoire du castrisme du point de vue de ses victimes.

  • Les « États manqués », ce sont les pays qui, bafouant les lois et les principes de la démocratie, constituent une menace pour les autres nations et leur propre population. C'est du moins ainsi que les définit l'administration américaine, qui estime être fondée à tenir le rôle de redresseur de torts planétaire. Mais de la militarisation à outrance à la désinformation organisée, du mépris des institutions internationales à la fabrication d'une illusion de démocratie, Noam Chomsky démontre que les États-Unis sont eux-mêmes coupables des travers qu'ils dénoncent. Évitant la surenchère paranoïaque, il se contente de dresser un tableau sobre et argumenté, qui n'en est que plus inquiétant.

  • Empire

    Negri Antonio

    Qu'est-ce que l'empire ? " un appareil décentralisé et déterritorialisé de gouvernement qui intègre progressivement l'espace du monde entier.
    " prenant acte de la transformation du monde dans l'après-guerre froide, michael hardt et antonio negri s'efforcent de repenser à nouveaux frais les formes de la domination mondiale. empire est un essai " utopique " de philosophie politique, une tentative d'écrire un nouveau " manifeste communiste " pour notre temps. étudiant les régimes d'exploitation et de contrôle qui caractérisent l'ordre du monde, les auteurs cherchent à définir les conditions d'une société réellement démocratique.
    Face à l'empire se dressent désormais les " multitudes ", des formes nouvelles de résistance micro-politiques qui manifestent un puissant " désir de communauté humaine ".
    />

  • L'Amérique se cache souvent derrière des « bonnes intentions » pour promouvoir une stratégie impériale. Puisant dans son immense culture politique et sa longue expérience, Noam Chomsky dissèque de façon magistrale cette « doctrine » et ses antécédents, mais aussi ses liens avec la propagande, l'éducation, l'armée de métier, la « repentance » sans réparation pour les exactions passées, ou encore la montée du fondamentalisme religieux aux États-Unis. Un livre décapant, vivant, plein d'humour, en prise directe sur l'actualité.

empty