Lasha Otkhmezuri

  • L'opération Barbarossa, qui s'ouvre le 22 juin 1941, ne ressemble à aucune autre dans l'Histoire. Elle met aux prises les deux systèmes militaires les plus puissants et les deux régimes les plus brutaux. La Wehrmacht conjugue la logique exterminatrice du nazisme avec celle de sa propre culture militaire, qui pousse la terreur à son paroxysme. Quant à l'Armée rouge, elle se vide de son sang, prise entre les feux d'un ennemi affranchi de toutes les normes humaines et la répression sauvage du bolchevisme stalinien. Dix millions d'hommes s'affrontent. Combats, exécutions, exactions, famines délibérées tuent en 200 jours plus de 5 millions d'hommes, de femmes et d'enfants, de soldats et de civils. Détaillant dans cette fresque monumentale le premier semestre des opérations, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri nous offrent une somme exceptionnelle et unique.

    PRIX CHATEAUBRIAND 2019.
    PRIX DU GUESCLIN 2019.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les Français connaissent les vingt-six maréchaux de Napoléon. Mais que savent-ils des dix-sept que Staliné a élevés ? On leur doit pourtant la création de l'Armée rouge et sa formidable victoire contre l'Allemagne nazie et le Japon impérial. Certains figurent parmi les plus grands capitaines du siècle passé : Toukhatchevski, Chapochnikov, Joukov, Vassilevski, Koniev, Rokossovski, Malinovski, Tolboukhine. A leurs noms s'attache aussi la conquête de l'Europe orientale et centrale, et son intégration au monde soviétique. L'on sait moins que nombre d'entre eux ont joué un rôle politique important dans les dix ans qui ont suivi la mort de Staline, et ce jusqu'à la fin des années soixante. Cet ouvrage unique en son genre, qui s'appuie sur des sources exclusivement russes, explique la logique à l'oeuvre dans les choix militaires et humains de Staline. Il donne à suivre des parcours individuels stupéfiants, parfois tragiques, quelque fois rocambolesques, toujours inattendus. Le récit de ces dix-sept vies parallèles compose ainsi une fresque immense qui va de la Première Guerre mondiale à la crise des fusées à Cuba, de l'océan Pacifique à Berlin, des défilés glorieux sur la Place rouge aux geôles de la Loubianka. Jaloux les uns des autres, apeurés devant leur maître, cachant parfois de terribles secrets, les dix-sept sortent enfin de l'injuste anonymat qui, pour la plupart, a été de règle jusqu'à aujourd'hui.

  • Joukov

    ,

    Première biographie en français du maréchal Gueorgui Joukov (1896-1974) bâtie à partir de documents inédits issus des archives soviétiques, ce livre brosse le portrait complet - aussi bien militaire et politique qu'intime et familial - d'une figure essentielle de la Seconde Guerre mondiale et de l'Union soviétique. Entre triomphe militaire et disgrâce politique, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri restituent avec brio la vie romanesque du vrai vainqueur de Hitler.

    Une somme indépassable, rééditée dans une nouvelle édition « Tempus » en couleurs richement illustrée.

  • Voici un document historique exceptionnel : 13 vétérans soviétiques racontent la guerre à l'Est, de 1941 à 1945. Ces témoignages sont présentés par les meilleurs spécialises français du front de l'est : Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri.
    Ce livre présente treize témoignages de vétérans du conflit germano-soviétique. Avant-guerre, ces témoins étaient des citoyens ordinaires : ouvriers, lycéens, étudiants ; Russes, Juifs, Géorgien... Après guerre, quelques-uns ont choisi la dissidence, d'autres ont été marginalisés, la majorité s'est réinsérée dans le système soviétique. Aujourd'hui, presque tous ont rompu avec le mythe de la Grande Guerre patriotique russe et sont parvenus à faire le tri entre la gloire et l'infamie, le massacre et le sacrifice, l'héroïsme et la survie.
    Leurs voix relatent des moments vécus qui ne cadrent pas avec la vulgate soviétique : on y croise des collaborateurs, des délateurs. On y trouve confirmation que les viols de masse s'accomplissaient avec la complicité de l'encadrement et que l'irresponsabilité, l'alcoolisme et le mépris de la vie du soldat étaient une réalité quotidienne. Document tout autant que livre d'histoire, cet ouvrage unique donne a comprendre ce que fut la guerre à l'est et écornent l'image mythique d'un peuple héros.

  • Ce volume présente treize témoignages recueillis durant le printemps et l'été 2010 auprès de vétérans de la " Grande Guerre patriotique ", c'est-à-dire du conflit germano-soviétique, élevé au rang de mythe dans l'Union soviétique. En 1941, ces témoins étaient des citoyens ordinaires : des ouvriers, des lycéens, des étudiants, des Russes, des Juifs, un Géorgien... Un certain nombre appartenaient aux jeunesses communistes. Après guerre, quelques-uns ont choisi la dissidence (Elena Bonner notamment), d'autres ont été marginalisés parce qu'ils étaient juifs, la majorité s'est réinsérée dans le système soviétique. Aujourd'hui, presque tous ont rompu avec le mythe de la Grande Guerre patriotique et sont parvenus à faire le tri entre la gloire et l'infamie, le massacre et le sacrifice, l'héroïsme et la survie. Leurs voix relatent des moments vécus qui ne cadrent pas avec la vulgate de la Grande Guerre patriotique : on y croise des collaborateurs, des délateurs désignant au bourreau leurs camarades juifs. On y trouve confirmation que les viols de masse s'accomplissaient avec la complicité de l'encadrement et que l'irresponsabilité, l'alcoolisme et le mépris de la vie du soldat écornent l'image d'un peuple héros.Document tout autant que livre d'histoire, cet ouvrage n'a pas d'équivalent en langue française.

    Jean Lopez est l'un des meilleurs spécialistes français du conflit germano-soviétique et l'auteur de plusieurs ouvrages d'histoire militaire. Dernier livre publié : Berlin. Les offensives géantes de l'Armée Rouge (Economica, 2009).Lasha Otkhmezuri est géorgien. Dernier livre paru (en collaboration) : Les Cicatrices des nations. L'Europe malade de ses frontières (François Bourin, 2008).

  • Etrange paradoxe, le maréchal Gueorgui Joukov, l'homme qui a battu les armées du IIIe Reich, sans doute l'un des plus brillants capitaines du XXe siècle, ne bénéficiait d'aucune biographie en français. Pourtant, de la défense de Moscou en décembre 1941 aux victoires de Stalingrad et de Koursk, puis à la prise de Berlin, Joukov est partout.
    Mais lire la vie de Joukov, c'est aussi vivre quatre décennies à l'intérieur du système soviétique : tout commence quand le jeune soldat, à peine alphabétisé, est ballotté entre la Première Guerre mondiale et la révolution de 1917, avant de faire ses armes durant la guerre civile et d'échapper par miracle aux grandes purges. C'est lui qui remporte une victoire contre les Japonais en lever de rideau de la Seconde Guerre mondiale, lui encore qui, au milieu du désastre de 1941, prend quelques-unes des décisions qui vont tout sauver. Après guerre, et malgré deux disgrâces sévères, il tentera encore de réformer en profondeur l'armée soviétique. Cet ouvrage ne dissimule néanmoins rien de ses graves échecs, de ses manques et de sa violence, comme de l'utilisation du terrible appareil répressif stalinien entre 1941 et 1945.
    Construit à partir de documents inédits issus des archives soviétiques, ce livre brosse enfin un portrait complet, aussi bien militaire et politique qu'intime et familial, d'une figure majeure de la Seconde Guerre mondiale et de l'Union soviétique.

empty