Carisse Busquet

  • La vie de Shabkar (1781-1851), traduite ici par Matthieu Ricard et Carisse Busquet, est sans doute la biographie la plus célèbre au Tibet après celle de Milarépa. Comme l'auteur des Cent Mille Chants, mais beaucoup plus proche de nous dans le temps, Shabkar est révéré par le peuple tibétain pour sa sainteté et sa simplicité, sa faculté d'émouvoir aussi bien que de faire rire, la profondeur de sa spiritualité exprimée en un style qui la rend accessible à tous.
    Ayant atteint l'ultime étape de l'accomplissement (dzogchen), Shabkar fut supplié par ses disciples de raconter les étapes de son itinéraire mystique. Il s'y appliqua en retraçant, dans un passionnant récit en prose entrecoupé de chants poétiques, son chemin d'errance. Ayant connu le plus extrême dénuement et la plus grande félicité, cet ermite inspiré prodiguait ses enseignements à tous les êtres qu'il rencontrait, y compris des bandits dangereux ou des animaux sauvages. Son histoire illustre parfaitement l'enseignement bouddhiste sur le sens de la vie humaine, sur la mort, l'impermanence et sur notre possible délivrance vis-à-vis de la souffrance.

    En un temps où le Tibet était en proie au sectarisme religieux et aux rivalités ethniques, Shabkar incarna la tolérance et l'altruisme - ce qui rend son message d'autant plus contemporain.

  • Ce second tome de Shabkar, traduit par Matthieu Ricard et Carisse Busquet, nous permet de retrouver le maître tibétain dont la vie constitue sans doute la biographie la plus célèbre après celle de Milarépa. Comme l'auteur des

  • Tableaux du rajasthan

    Busquet Carisse

    • Arthaud
    • 30 Septembre 2003

    Situé au nord-ouest de l'Inde, le Rajasthan, formé d'anciens États princiers, est une région dotée d'une histoire tumultueuse, d'un très riche patrimoine architectural et de traditions artistiques millénaires.
    Cet ouvrage nous initie à l'art des mandana (peintures de sol) et des thapa (peintures murales) créées par les femmes des villages pour marquer les grandes fêtes calendaires telles que Dipawali, le festival des lumières, mais aussi les événements majeurs du cycle de vie comme les mariages. Les motifs traditionnels qu'elles dessinent se transmettent de mère en fille, de génération en génération. Ces fresques au symbolisme complexe célèbrent les grandes mythes de prospérité du panthéon hindou.
    Les peintures de Bundi et du Shekhawati, datant des XVIIIe et XIXe siècles illustrent l'histoire des cours et des batailles princières, célèbrent les dieux et notent avec humour l'influence coloniale dans les traditions locales.
    Le bleu intense qui tapisse les rues de Jodhpur livre le riche symbolisme de l'indigo indien.
    Le texte précis et d'une grande rigueur accompagne des photos qui ont su, à chaque fois, capter toutes les richesses de cette région aux multiples visages.

empty