Eric Boulanger

  • Avant la défaite du 13 septembre 1759, les forces franco-canadiennes ont remporté d'éclatantes victoires en Amérique du Nord. Belle-Rivière, Chouaguen, William Henry et Carillon sont autant de noms qui inspirent les versificateurs de la colonie. Poèmes et chants guerriers exaltent le courage des Canadiens. Les Beaujeu, Rigaud et Vaudreuil deviennent des figures d'identification à la fin du Régime français. Mais, au lendemain de la Conquête, nos rimeurs doivent composer avec la nouvelle administration britannique pour ne pas attirer ses foudres. De quelle façon les textes poétiques de cette période concourent-ils malgré tout à forger un nouvel identitaire canadien ? Comment les conflits qui sévissent alors en Amérique du Nord influencent-ils la manière dont les habitants de la colonie se perçoivent et envisagent l'autre ? Comment, dans cette culture de guerre, se situer par rapport à l'Anglais, à l'Américain et à l'Amérindien ? La plume au fourreau répond à ces questions en nous faisant découvrir une période décisive de l'histoire du Québec à travers les textes poétiques rédigés depuis la guerre de Sept Ans jusqu'à l'invasion américaine de 1775-1776.

  • La mondialisation est une notion théorique et une réalité, celle de l'après-guerre froide. Elle domine à la fois une grande partie des analyses en sciences sociales et les rapports économiques et politiques qui se tissent continuellement entre ses principaux acteurs, comme les États, les firmes multinationales et les organisations internationales. Malgré cette domination, jamais la mondialisation n'a été aussi sévèrement critiquée - souvent par les pays riches, les mêmes qui, a priori, devaient en retirer le plus de bénéfices. Elle a créé de vastes inégalités et des maux qui nous imposent la réflexion sur la conceptualisation de ce phénomène qui est toujours difficile à cerner.

    Le présent ouvrage rassemble les contributions de chercheurs du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) portant sur la mondialisation et trois de ses enjeux : le commerce, l'investissement et le travail. Il se présente comme un bilan des recherches des auteurs, mais aussi comme un outil visant à inciter et à faciliter l'établissement de liens de complémentarité entre les nombreuses études faites sur le sujet. La mondialisation est une réalité dont l'essence est globale. De son analyse effectuée dans cet ouvrage se dégagent de multiples liens interdisciplinaires.

    Éric Boulanger est codirecteur de l'Observatoire de l'Asie de l'Est (OAE) et chargé de cours en politique asiatique et en relations internationales au Département de science politique de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Il se spécialise dans l'économie politique asiatique et la politique intérieure et étrangère du Japon.

    Éric Mottet est professeur de géopolitique au Département de géographie de l'UQAM, codirecteur de l'OAE et directeur adjoint du Conseil québécois d'études géopolitiques. Ses recherches portent principalement sur les concepts, les méthodes et les outils de la géopolitique ainsi que sur les dynamiques géopolitiques en Asie du Sud-Est et de l'Est.

    Michèle Rioux est professeure titulaire au Département de science politique de l'UQAM et, depuis octobre 2011, directrice du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM). Elle s'intéresse, notamment, aux organisations internationales et à la gouvernance globale, aux firmes transnationales, à la concurrence, à la société de l'information, au régionalisme et à l'intégration économique.

  • Depuis la Seconde Guerre mondiale, le système commercial multilatéral a été soutenu par les idées des Lumières et une vision libérale de paix et de prospérité partagée. On l'a aussi considéré comme un frein au socialisme et au protectionnisme européens, d'abord, puis à celui des pays en voie de développement. En ce sens, on ne peut envisager la diplomatie commerciale, qui vise la constitution des règles objectives communes, sans prendre en compte les considérations géoéconomiques et géostratégiques mondiales. Sur fond de la montée en puissance de la Chine, du Brexit, des velléités protectionnistes un peu partout dans le monde, notamment aux États-Unis, et d'une économie toujours plus interdépendante, cet ouvrage fait le point sur les diverses initiatives commerciales et les stratégies de négociation nationale.

    Si on peut lire chaque contribution séparément, l'ouvrage n'en recherche pas moins à offrir au lecteur un panorama des grandes négociations en cours, de leurs dynamiques et, surtout, de façon prospective, de la nouvelle gouvernance mondiale. Il est le fruit de la réflexion collective de vingt-trois experts.

  • Le contexte actuel de transformations multiples dans le monde du travail liées aux changements technologiques et climatiques ainsi qu'aux impacts de la pandémie de COVID-19 sur le commerce et la mondialisation provoque de grandes tensions au sein de nos sociétés et sur les dynamiques de la politique mondiale. La montée de ces tensions rend d'autant plus importante l'adaptation des politiques publiques et de la coopération internationale afin d'assurer le respect des droits du travail, l'élimination de la concurrence entre des systèmes de régulation du travail et une régulation adéquate des acteurs privés mondialisés. Moderniser la politique commerciale du Canada et assurer une convergence internationale vers une approche commune s'avère une trajectoire institutionnelle intéressante.

    Cet ouvrage fait état de recherches, de formations et de consultations sur le thème « Vers une politique commerciale socialement responsable : un défi au Canada et ses partenaires commerciaux ». Ces activités se sont déroulées entre 2017 et 2019 dans le cadre d'une étape de développement du projet Gouvernance globale du travail du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) avec la participation de plusieurs experts en matière de politique commerciale. Une approche critique et constructive a permis de dégager certaines recommandations pour une meilleure prise en considération de la dimension sociale des accords commerciaux. Ce livre s'adresse aux organisations syndicales, aux organismes de la société civile, aux chercheurs postsecondaires, aux représentants des gouvernements et des organisations internationales, ainsi qu'à toute personne intéressée par l'« humanisation » des activités économiques mondiales.

    Éric Boulanger est directeur adjoint du CEIM, codirecteur de l'Observatoire de l'Asie de l'Est (OAE) et chargé de cours au Département de science politique de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

    Michèle Rioux est professeure titulaire au Département de science politique de l'UQAM, ainsi que membre et directrice du CEIM.

    Sylvain Zini, économiste et politologue, est membre du CEIM et chargé de cours à l'UQAM, à l'Université de Montréal et à l'Université du Québec en Outatouais (UQO).

  • Avec la transnationalisation des entreprises et l'organisation de la production en réseaux mondiaux, les investissements directs sont l'une des facettes les plus visibles de la mondialisation. S'il n'existe pas de modèle uniforme de mondialisation, il n'existe pas non plus de modèle uniforme d'arbitrage des politiques et des règles de l'investissement. L'échec de l'AMI et la mise à l'écart de l'investissement des négociations commerciales multilatérales ont montré à quel point le thème était sensible, pour beaucoup de pays, en développement ou développés. Mêmes les États les plus favorables à la protection de l'investissement sont, aujourd'hui, devenus plus réservés quant à son étendue. D'un autre côté, les traités et accords bilatéraux prolifèrent, y compris d'ailleurs entre pays en développement, indiquant la nécessité d'avoir des règles générales non seulement pour réduire l'arbitraire et augmenter la transparence sur les marchés, mais aussi pour établir des obligations communes s'adressant aux États comme aux entreprises. Entre protection de l'investissement et défense d'autonomie, entre liberté économique et régulation des marchés, entre droits et devoirs économiques des entreprises, les États sont, donc, ici également, à la recherche de compromis. De ce fait, cet ouvrage repense l'État entre deux schématisations répandues : - soit un acteur central, renvoyant une image négative, celle d'un mercantilisme d'un nouveau type où chacun lutte pour attirer les investissements ou imposer ses propres normes;
    - soit un acteur en net recul avec un rôle cantonné dans celui de facilitateur de l'investissement et de superviseur des conditions environnantes. D'une manière générale, les politiques publiques n'ont plus pour objet de contrôler les investissements ou de leur imposer des obligations, mais d'arbitrer entre deux types d'exigences : l'intégration compétitive dans les grands courants économiques internationaux d'une part et l'insertion des activités étrangères dans le tissu économique national d'autre part. Cet ouvrage défend une vision dynamique des relations entre les entreprises et les États en se penchant sur la façon dont ces derniers et leurs gouvernements arbitrent, non seulement la promotion de l'investissement et les intérêts économiques nationaux, mais aussi, sur le plan normatif, la protection des droits des entreprises et action collective. Comment les États abordent et résolvent ces arbitrages ?
    Il tente également de répondre à cette question en proposant une série d'études de cas portant sur les pays industrialisés et les pays en développement, sans oublier une partie théorique au sein de laquelle les politiques d'investissement et les activités des firmes multinationales font l'objet d'une mise à niveau théorique pour la mondialisation.

empty