Florian Eglin

  • Représailles Nouv.

    Représailles

    Florian Eglin

    Une route à flanc de ravin la nuit, non loin du désert des Agriates en Corse. Telle une bête en maraude, un SUV prend en chasse une famille de vacanciers. Leurs deux petites filles endormies à l'arrière, Tom et Adèle ont deux solutions : continuer cette course-poursuite insensée, au risque de finir dans le décor, ou s'arrêter et faire face à ceux qui les traquent. Ils choisissent la seconde. Et sombrent à leur corps défendant dans une spirale de violence dont les racines plongent très loin : au coeur des secrets ancestraux de l'île, de l'honneur des familles, des omertas sans fin. Pour y survivre, Tom et Adèle devront renouer avec leurs propres démons, et les libérer, quelles qu'en soient les conséquences.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Voix unique en son genre dans la littérature francophone, Florian Eglin invite dans ses écrits à la fois Ian Fleming pour son univers superficiel, Proust pour sa maîtrise obsessionnelle de la langue française et A rebours de Huysmans pour son dandysme noir. Particulièrement sombre parce que beaucoup plus personnel, ce troisième volume des aventures de Solal Aronowicz, nous entraine dans la psychologie de ce personnage des bas-fonds haut en couleurs. Il dresse une liste de ses ennemis qui doivent coûte que coûte se voir réduits en une tête coupée à exhiber. Mais bien des emmerdes attendent Solal et elles ne sont pas uniquement provoquées par les autres. On le suit une dernière fois avec délice dans des courses poursuites abruptes, des Frankenstein modernes, au milieu d'un tas de bouteilles vides et d'une vie pathétique. Cette fois l'humour est plus fin, plus dérisoire, moins auto-ironique. A travers son personnage, Florian Eglin détrône avec humour, méchanceté et violence la vacuité, la bêtise et l'oisiveté.

  • Récit dur et grotesque qui met en scène un couple d'adolescents dont la fille, enceinte, souhaite garder l'enfant et le garçon, par crainte de sa famille, s'en débarasser. Présenté comme une pièce de théâtre, ce huis-clos entre trois personnages, la fille, le garçon et le meilleur ami du garçon, est étouffant.
    Comme toujours chez Florian Eglin, le grotesque et la violence décrite minutieusement recouvrent un discours humaniste. Cette « violence pour rire » se veut provocante et perturbante. Dans Il prononcera ton nom, la mise en scène crue de l'égoïsme extrème du garçon, de l'indifférence craintive du meilleur ami et de la douloureuse et naive défense de la fille, met très mal à l'aise. Mais ce récit touche des points essentiels de la problématique : quels sont les différents points de vue adolescents sur la maternité, quelles peuvent être les violences en jeu dans un rapport amoureux, qu'est-ce que la lâcheté, la bêtise et l'abnegation.
    Ce drame est d'abord destiné aux adolescents - que Florian Eglin fréquente assidûment en qualité de professeur de français - mais les littéraires apprécieront le cadre littéraire, le style si particulier de son auteur et son appropriation très personnel du genre théâtral.

  • Deuxième roman du jeune auteur genevois qui signait il y a un an Cette malédiction qui ne tombe finalement pas si mal. Ce deuxième volume des aventures de Solal Aronowicz s'inscrit dans le projet de trilogie que l'auteur entend mener en trois ans. En suivant la même ligne orgiaque et libératrice que pour le premier volume des aventures de son personnage, Solal Aronowicz, Florian Eglin implose dans ce deuxième roman très réussi. Son personnage est plongé dans des péripéties qui relèvent du plus.

  • Ciao connard

    Florian Eglin

    « Bien des années après, quand ce connard a planté un stylo-plume décoré de chrysanthèmes et de paulownias profond dans mon ventre, j'ai compris qu'il irait jusqu'au bout, avec méthode, avec passion. »  Deux hommes sont enfermés dans une cave. Avec un stylo-plume, un très beau stylo-plume laqué noir de marque japonaise, l'un torture l'autre. Tour à tour moqueur, abattu, lucide, le supplicié supporte de son mieux ce que son bourreau lui inflige.

    Peu à peu, on comprend au travers de l'étrange conversation qu'ils ont entamée que ces deux hommes se connaissent bien, très bien même, car ce qui s'y dit relève de l'intime, du privé, du familier.

    Pur délire, hallucinations, vengeance ou mise au point méthodique ?
    />
    De quoi s'agit-il ?
    C'est en fait de tout cela dont il s'agit.
     

empty