Catalogues d'expositions

  • À l'occasion du 150e anniversaire d'Henri Matisse, le Centre Pompidou rend hommage à l'un des plus importants artiste du XXe siècle à travers l'exposition « Matisse, comme un roman. » Avec plus de 200 oeuvres et documents provenant autant de la riche collection matissienne du Musée national d'art moderne que de grandes collections nationales et internationales, cette exposition retrace la carrière de l'artiste selon un parcours chronologique, de ses débuts vers 1890 au contact des maîtres pendant lesquels il élabore progressivement son propre langage pictural, jusqu'au début des années 1950.

    Le catalogue de l'exposition emprunte les codes de l'édition d'Henri Matisse, roman de Louis Aragon, et se déploie autour de cinq essais et d'une ample chronologie / anthologie illustrée et enrichie de nombreuses citations et documents inédits, afin de « bâtir le roman » du peintre Matisse et de son oeuvre, à la manière d'une biographie. La monographie est complétée par un petit cahier de reproductions de la revue Verve à laquelle l'artiste a activement contribué.

  • L'album, un souvenir de l'exposition Matisse, comme un roman.

    Structuré par les textes de salle de l'exposition, il présente de manière chronologique un ensemble d'oeuvres majeures analysées par une notice, complétée par un ensemble de citations.

    Un ouvrage à destination du grand public, clair et très illustré, en complément du catalogue d'exposition.

  • "Un monde finissait, un autre allait naître. Je me trouvais là ; une chance s'offrait, je la pris. J'avais l'âge de ce siècle nouveau : c'est donc à moi qu'il s'adressa pour son expression vestimentaire. Il fallait de la simplicité, du confort, de la netteté. Je lui offrais tout cela."

  • Plus que tout autre créateur, Gabrielle Chanel sut répondre aux attentes des femmes. Sa façon inédite d'aborder la mode ouvre la voie à une nouvelle élégance. Documents d'archives et photographies de Julien T. Hamon témoignent de la naissance d'un style, qui rejette tout ornement superflu au profit du naturel, jusqu'à l'affirmation d'une modernité radicale. Confort et élégance, dépouillement et précision, légèreté et raffinement, noir et blanc, masculin et féminin...
    Gabrielle Chanel manie l'art subtil du paradoxe. Tandis que son tailleur de tweed devient emblématique, elle porte également, avec audace, un nouveau regard sur le bijou fantaisie, les accessoires, les parfums et les cosmétiques. Un manifeste de mode qui conserve aujourd'hui encore toute sa force.

  • Débutée dans les années 1970, la collection de Véronique et Louis-Antoine Prat est devenue l'un des ensembles privés de dessins parmi les plus prestigieux au monde. Ce catalogue révèle toute la puissance de cette sélection, qui se concentre sur l'école française avant 1900, et offre un panorama particulièrement représentatif de trois siècles d'art du dessin, de Callot à Seurat. La collection Prat résulte d'une rare alchimie : la rencontre d'un goût raffiné, d'un sens affuté de la chasse au trésor et, ici plus que jamais, d'une érudition sans faille.

  • James Tissot (1836-1902) était un peintre virtuose dont l'élégance dépassa vite les frontières de la France. Nantais d'origine, compagnon des impressionnistes - Degas, Manet ou encore Whistler comptaient parmi ses amis -, Tissot fut formé aux Beaux-Arts de Paris avant de rallier l'Angleterre, sa terre d'élection à partir des années 1870.
    C'est à Londres que s'épanouirent ses talents de portraitiste mondain, encouragés par la Royal Academy. Son dandysme répondait naturellement au charme sophistiqué de la haute société britannique, et son goût pour l'observation séduisit la presse de l'époque (il exécuta pour Vanity Fair des caricatures inspirées).
    James Tissot peignait l'époque victorienne avec une délicatesse sans égal. Dans ses tableaux, les modèles sages aux regards perdus dans le vague succèdent à des figures proustiennes aux toilettes fascinantes. Ses scènes de genre convenues, dans des intérieurs typiques du Second Empire, restent néanmoins nimbées d'un mystère saisissant...
    Au-delà de ces images iconiques, ce catalogue s'attache à présenter les illustrations bibliques de Tissot qui contribuèrent à sa renommée, ainsi que ses recherches audacieuses du côté de la photographie, de l'estampe ou de l'émail cloisonné. Différentes techniques au service d'un même élan créatif, et qui témoignent de l'oeuvre multiple d'un artiste génial peu exposé en France.

    Exposition au musée d'Orsay du 22 mars au 19 juillet 2020.

  • Catalogue officiel de l'exposition Cindy Sherman à la Fondation Vuitton du 2 avril au 31 août 2020. Du milieu des années 1970 à nos jours, Cindy Sherman a produit une oeuvre photographique quasi intégralement consacrée au portrait, sans jamais recourir à d'autres modèles qu'elle-même. Paradoxalement, c'est en disparaissant derrière ses masques et ses costumes que Cindy Sherman est devenue une icône, bousculant l'idée même d'identité et les frontières entre réalité et fiction. Publié à l'occasion de la rétrospective de Cindy Sherman à la Fondation Louis Vuitton, et préfacé par Suzanne Pagé, cet ouvrage réunit des essais de Marie Darrieussecq, de Gérard Wajcman, de Ludovic Delalande ainsi que des commissaires de l'exposition, Marie-Laure Bernadac et Olivier Michelon. Ici reproduites, les quelque cent soixante-dix oeuvres présentées dans l'exposition sont accompagnées de commentaires qui les replacent dans le développement d'une oeuvre considérée, à juste titre, comme capitale dans l'histoire de l'art de ces cinquante dernières années.

  • Ruines

    Josef Koudelka

    Fruit de plus de vingt années de pérégrinations allant du sud de l'Europe jusqu'au Proche-Orient, du forum de Rome à Olympie en passant par Petra et Aleph, Koudelka a photographié selon un même format panoramique presque 200 sites archéologiques. Ses cadrages étonnants et ses noirs et blancs aux puissants contrastes nous font redécouvrir certains lieux mythiques, comme Delphes ou Pompéi. Parmi ses images, certaines donnent à voir des sites désormais disparus ou mutilés suite aux récents conflits dans le monde arabe, tels Palmyre ou Bosra. Ce corpus exceptionnel révèle l'homogénéité d'un empire, dirigé depuis Rome, durant des siècles, la fascination que nous avons pour les ruines, mais aussi pour une civilisation fondatrice de la nôtre.
    Pour accompagner ces photographies, l'helléniste Alain Schnapp a puisé dans la littérature antique et celle des écrivains voyageurs des citations anciennes et modernes qui jettent un autre regard sur l'Antiquité et ses ruines, et mettent en perspective notre approche du passé.

empty