La Lettre du mois de septembre

Que de choix de coups de cœur pour cette entrée en douceur dans l'automne ! 

Un écureuil qui se rêve en hérisson (ou serait-ce en castor ?!), un soleil qui n'illumine plus, des sommets qui donnent le vertige et des héroïnes aussi audacieuses que mémorables.

Assurément, que du bon !

  • La petite Madeleine Riffaud, née en 1924, vit heureuse avec son grand-père et ses parents instituteurs. Du moins jusqu'à ce que la Seconde Guerre mondiale ne sépare la famille, envoyant Madeleine, atteinte de tuberculose, dans un sanatorium. Sans doute le pire endroit possible pour que l'adolescente têtue réalise un projet fou et nécessaire : entrer dans la Résistance. Madeleine y parviendra pourtant, sous le nom de code "Rainer", devenant une actrice et un témoin privilégié de son temps. Un destin exceptionnel qu'elle raconte aujourd'hui dans une première trilogie qui l'est tout autant, nourrie des milliers de détails d'une mémoire qui n'a rien oublié...

  • Quand l'invisible au féminin fait vaciller le patriarcat !

    Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des folles. Le temps d'une soirée, le Tout-Paris s'encanaille en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, et autres mousquetaires. D'un côté, les idiotes et les épileptiques ; de l'autre, les hystériques, et les maniaques. Ce bal est en réalité l'une des dernières expérimentations du professeur Charcot, neurologue fameux qui étudie alors l'hystérie. Parmi ses patientes, Louise, Thérèse, ou Eugénie. Parce qu'elle dialogue avec les morts, cette dernière est envoyée par son propre père croupir entre les murs de la Salpêtrière. Mais la jeune femme n'est pas folle, et le Bal qui approche sera l'occasion d'échapper à ses geôliers.

    Victoria Mas, Vero Cazot et Arianna Melone révèlent la condition des femmes au XIXe siècle, tributaires d'une société masculine qui leur interdit toute déviance et les emprisonne.

  • Au sommet d'une montagne vit une petite fille nommée Astrée, avec pour seule compagnie de vieilles machines silencieuses. Un après-midi, elle est dérangée par l'apparition inopinée d'un faune en quête de gloire et de savoir.
    Le faune veut appréhender le destin qui attend sa race primitive. Astrée, pour sa part, est consumée d'un ennui mortel, face à un cosmos que sa science a privé de toute profondeur et de toute poésie. Et sous son apparence d'enfant, se cache une très ancienne créature, dernière représentante d'un peuple disparu, aux pouvoirs considérables.
    A la nuit tombée, tous deux entreprennent un voyage intersidéral, du Système solaire jusqu'au centre de la Voie Lactée, et plus loin encore, à la rencontre de civilisations et de formes de vies inimaginables.

  • Je ne veux plus être un écureuil ! Si on m'avait demandé mon avis, j'aurais choisi autre chose. J'aurais choisi d'être un castor. Pour bâtir un monde meilleur ! Mais en réalité, c'est quand même fatiguant la vie de castor, et de toute façon, j'ai toujours rêvé d'être un cerf. Pourtant là encore, j'espérais beaucoup mieux. Ou alors... un hibou ? un hérisson ? Ah non, je sais ! Et vous, le savez-vous ?

  • Nos jours brûlés t.1

    Laura Nsafou

    2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans la pénombre. La faune et la flore se sont peu à peu adaptées, et les espèces nocturnes, multipliées. Pour les humains, s'éclairer, se nourrir, survivre sont devenus des défis quotidiens. Elikia, née peu après l'avènement de la Grande Nuit, et sa mère Diba, se sont fixé pour mission de ramener le jour sur le monde. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne et mystérieuse cité ayant abrité des esprits et des individus dotés de pouvoirs, toutes deux sillonnent le continent africain dont elles sont originaires à la recherche de témoignages. Les récits glanés auprès des Anciens les conduisent jusqu'à l'Adamaoua, une montagne où nulle âme sensée n'oserait s'aventurer...
    Après la perte brutale de sa mère, Elikia va rencontrer l'Éclaireur, un des seuls survivants du massacre de Juddu. À son côté, elle découvrira qu'elle peut faire usage de la magie... et aussi que les deux marques incrustées sur sa joue gauche la relient malgré elle à Guddi, la divinité responsable de la disparition du soleil. La jeune fille parviendra-t-elle à s'affranchir de l'emprise que la nuit exerce sur elle afin de respecter la dernière volonté de sa mère : poursuivre leur quête ?

  • Dans la cité d'Aurora, alors que le conflit avec les monstres s'intensifie, un nouvel ennemi surgit. Cendre et l'équipage du Frostheart se retrouvent pourchassés par les mystérieux spectres. Ceux-ci convoitent le coeur-de-givre, une pierre qui se trouve à bord du Frostheart. Elle aurait la capacité de libérer un puissant Léviathan au pouvoir destructeur...
    Muni de l'énigme laissée par ses parents et de son don de tisseur de chansons, Cendre est le seul à pouvoir mettre la pierre en sûreté. Il tient le sort du monde entre ses mains.

    Un roman de fantasy et d'aventure pour les enfants dès 9 ans.

  • Angèle, Clara et Vincent ont 15 ans.
    Ils sont amis pour la vie.
    Et pourtant, ils ne se sont jamais rencontrés...
    « Le mensonge est un poison qui fait bien plus souffrir que la vérité. »

  • Addie est autiste. Lorsqu'elle apprend en cours d'histoire que sa petite ville de Jupiner a persécuté, torturé et exécuté au Moyen Âge des dizaines de sorcières, elle est bouleversée. Ces femmes accusées de sorcelleries n'étaient-elles pas autistes ou neuroatypiques comme elle ? Victime de brimades en classe, Addie se sent particulièrement concernée par leur sort. Elle décide de mener campagne pour que la ville de Jupiner rende hommage à ces sorcières injustement traitées.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'histoire fiévreuse, acide et romantique de deux ados brûlés par la vie mais sauvés par leur rencontre...

    Isadora a dans la poitrine une poudrière. Elle passe son temps à faire la gueule et voudrait cramer la terre entière. Tristan, lui, a mis son coeur à l'abri dans une cage en acier, si bien qu'à force de ne rien ressentir, il pourrait en crever.
    Le jour de leur rentrée au lycée, ils tombent l'un sur l'autre dans les toilettes. Elle a foutu le feu à une poubelle, lui tente de se pendre au-dessus de la cuvette, et au moment où les yeux d'Isadora percutent ceux de Tristan où leurs fringues se frôlent où sa chair glacée à lui effleure sa peau brûlante à elle, tout change.

  • Le serment

    Tuominen Arttu

    Ils sont trois : un cadavre lardé de coups de couteaux, un suspect errant les mains ensanglantées à l'orée d'un bois et l'inspecteur chargé de l'enquête. Trois hommes qui se connaissaient ; trois hommes qui ne s'étaient pas revus depuis vingt-sept ans.

    Dans les prairies sauvages de Finlande ressurgissent les souvenirs d'une enfance féroce, les traumatismes du passé. Entre les courses à vélo et les vengeances à la sortie de l'école, un pacte de sang a été scellé. Un serment qui se rappellera à eux trois décennies plus tard.

    À la façon d'un Ron Rash ou d'un Dennis Lehane plongés dans une Finlande rugueuse, Arttu Tuominen offre un roman noir puissant, hanté par les conflits entre morale et poids du secret.

  • Notre société est obsédée par la prime jeunesse. La chose semble partout admise : devenir adulte, c'est se résigner à une vie moins aventureuse et beaucoup plus insignifiante que ce à quoi l'on pensait pouvoir prétendre.
    Mais si l'on ne parle jamais de l'âge adulte en termes élogieux, ce n'est peut-être pas pour rien. Car en décrivant la vie comme un long déclin, nous laissons entendre aux plus jeunes qu'ils ne doivent pas en attendre grand-chose - et nous leur apprenons ainsi à ne rien réclamer. L'idéologie de la jeunesse éternelle n'est pas neutre d'un point de vue politique : l'enfant est d'abord assujetti à la volonté d'autrui.
    Dans cet essai incisif, Susan Neiman, philosophe américaine internationalement reconnue et pour la première fois traduite en français, interroge cette culture, la nôtre, qui promeut une adolescence permanente. Et se tourne vers des penseurs tels que Kant, Rousseau et Arendt pour trouver un modèle de maturité qui ne soit pas simple affaire de résignation. Car la véritable maturité implique de trouver le courage de vivre dans un monde incertain sans rien céder au dogme du désespoir. Un adulte, affirme Neiman, transforme le monde de sorte qu'il ressemble davantage à ce qu'il devrait être, sans jamais perdre de vue ce qu'il est vraiment. Et si le fait de prendre de l'âge, loin de rimer avec ennui et renoncement, était en fait un idéal pour notre temps - peut-être même l'idéal le plus subversif que l'on puisse trouver dans une société qui nous encourage à ne pas faire l'effort de penser par nous-mêmes ?

  • « J'ai grandi à Montréjeau, Haute-Garonne, 2 863 habitants. Une petite ville située dans le pays de Comminges, au pied des Pyrénées. Et j'ai eu ces montagnes devant les yeux durant toute mon enfance. Cette vue vaste, pas ordinaire, vous confronte très tôt à votre f initude. Quand elle vous accompagne ainsi, elle devient si familière qu'elle finit par installer en vous une géographie mentale. » Enfant des Pyrénées, Bernard Minier voue un amour profond à ce massif qui a nourri son imaginaire et sa sensibilité. Source d'émerveillement, ses randonnées dans le Comminges l'ont initié au « pyrénéisme », approche globale de la montagne où les expériences physique et culturelle sont indissociables.
    Mais la montagne a aussi sa part d'ombre. Terre d'effroi, de mystère et, parfois, de sauvagerie, elle constitue un matériau idéal pour l'auteur de thriller. Au fil de ces entretiens, Bernard Minier évoque ses lectures, ses voyages, son écriture où les reliefs, plus qu'un décor, sont un personnage à part entière.

  • Comment se douter qu'un simple Like envoyé depuis nos smartphones mobilise ce qui constituera bientôt la plus vaste infrastructure édifiée par l'homme ? Que cette notification, en traversant les sept couches de fonctionnement d'Internet, voyage autour du monde, empruntant des câbles sous-marins, des antennes téléphoniques et des datacenters implantés jusque dans le cercle arctique ?

    Le monde « dématérialisé » du numérique, indispensable pour communiquer, travailler et consommer, s'avère bien plus tangible que nous ne voulions le croire. Il absorberait aujourd'hui 10 % de l'électricité mondiale et représenterait près de 4 % des émissions de CO2 de la planète. Or nous peinons à appréhender ces impacts, tant nous sommes embrumés par le mirage du cloud, pur et éthéré. Il faut pourtant nous rendre à l'évidence : si « nuage » il y a, celui-ci est noir de pollution.

    Quelle est la géographie de nos clics et de nos données ? Quels enjeux écologiques et géopolitiques charrient-ils à notre insu ? À l'heure du déploiement de la 5G, des voitures connectées et de l'« intelligence artificielle », cette enquête, menée durant deux ans sur quatre continents, révèle l'anatomie d'une technologie qui n'a de virtuel que le nom. Et qui, sous couvert de limiter l'impact de l'homme sur la planète, s'affirme déjà comme l'un des défis environnementaux majeurs du xxie siècle.

  • Ces dix-neuf textes sont écrits du fond d'une geôle. Poignants et remarquablement maîtrisés, ces allers-retours entre réflexions et sensations expriment le quotidien morne du prisonnier, écartelé entre le bilan de sa vie et de ses actions, et le vide glacial d'un avenir absent. Mais petit à petit le courage lui revient, et malgré des conditions désespérantes il se remet à écrire. Un livre de résistance exemplaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Quel est le point commun entre la peur du vide, les doutes existentiels, et le sublime des paysages de montagne ? Une même fragilité de notre relation au monde : le vertige. Ce récit d'une ascension dans le massif du Mont-Blanc, où se côtoient les plus diverses formes de la perception, propose une philosophie du vertige portée par une langue vive et lumineuse. Après La Vie solide, Arthur Lochmann continue d'explorer notre rapport à la matière et au sensible pour éclairer les instabilités contemporaines.
    Et retrouver notre ancrage dans le monde.

  • L'incontournable atlas de géopolitique revient enfin ! Pour découvrir et comprendre le monde d'après en 28 destinations.

    « Sommes-nous passés avec le Covid du monde d'avant au monde d'après ? Hommes, activités économiques, transports : la planète s'est mise à l'arrêt, pour le plus grand bonheur du climat. Mais après cette vitrification du monde, le voici comme mis à nu, comme si chaque État avait vu ses forces et ses faiblesses exacerbées par la pandémie, comme si les tendances en germe - déclin de l'Occident, révolution numérique, tensions entre États démocratiques et États autoritaires - se montraient soudain à découvert. » Émilie Aubry.
    Dans un format entièrement renouvelé, mêlant cartes, infographies et photographies, regards universitaires et journalistiques, le Dessous des cartes décrypte les grandes évolutions de notre époque. Il nous emmène, continent par continent, dans 28 destinations qui racontent les bouleversements géopolitiques en cours.
    Plus de 120 cartes et graphiques inédits. Un atlas de référence.

empty